Oui, la consommation de viande augmente le risque de cancer

© Shutterstock - Casanisa

Alors qu’un article publié le 1er octobre dans la revue Annals of Internal Medecine nous encourageait à consommer de la viande, une nouvelle étude vient de prouver (une fois de plus) qu’il existe bien un lien entre la consommation de viande et le risque de cancer.

Rédigé par une vingtaine de scientifiques, l’article publié dans la revue Annals of Internal Medecine a suscité de vives réactions. En cause ? Les chercheurs nous incitaient à consommer de la viande alors même qu’ils ne contestaient pas le risque d’accroissement de maladies cardiaques, de cancers ou de décès prématurés en lien avec la consommation de viande rouge. Les scientifiques ont pourtant conclu que l’impact sur la mortalité est trop faible pour justifier une baisse de la consommation de viande.

Le Centre international de recherche sur le cancer estime en revanche qu’en limitant sa consommation de viande rouge, environ 6 000 cancers colorectaux pourraient être évités chaque année en France. Dans le cas du cancer colorectal, sur lequel portent la plupart des études, la consommation de viande rouge est associée à une augmentation du risque de cancer.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vincent Bernard-Comparat (@vincentbernardcomparat) le

Les résultats sont sans appel. Les chercheurs recommandent de réduire significativement notre consommation de viande. Et pour cause, cette dernière est passée de 23 kg par personne et par an en 1961 à 43 kg en 2013, soit presque le double. Un repas idéal suppose donc une consommation moyenne de 14 g de viande rouge, soit 10 fois mois qu’un steak de taille classique… Car moins de viande veut aussi dire moins d’élevage. Il faut entre 3 et 8 kg de céréales pour produire 1 kg de viande, si bien qu’en Europe et aux États-Unis, 85 % des céréales cultivées servent à l’alimentation animale. Un chiffre qui fait froid dans le dos quand on sait que sur cette même surface, on peut produire 4 fois plus de nourriture végétale que de viande.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Faiths for Forests (@faiths4forests) le

N’oublions pas que les cancers sont des maladies multifactorielles. Une diminution de notre consommation de viande, de boissons alcoolisées ou de la surcharge pondérale peuvent ainsi réduire notre risque de développer des cancers.

Comme quoi, préserver l’environnement et sa santé, c’est possible ! Mais pour y parvenir, il va falloir renoncer à certaines habitudes… À commencer par la surconsommation de viande.

Fin des articles