#BlockFriday : Et si le Black Friday était interdit ?

© Heidi Sandstrom

Des députés veulent interdire les promotions du vendredi noir, qu’ils jugent comme des « pratiques commerciales agressives ». Compris dans le projet de loi anti-gaspillage, l’amendement a été adopté en commission dans la nuit du 25 au 26 novembre.

Plus que deux jours avant le retour du Black Friday, qui tout droit venu des Etats-Unis s’est bien intégré aux pratiques de consommations des Français (intervenant en pleine période de Noël). C’en est assez : des députés viennent de donner leur feu vert à l’interdiction des promotions abusives qui donnent l’impression au consommateur de bénéficier de soldes, alors que ce n’est en aucun cas la période. En bref, des excès de communications trompeuses qui créent une frénésie de consommation. Pas très ecofriendly par les temps qui courent.


#Block Friday

Considérée comme « pratique commerciale agressive », la publicité du Black Friday pourrait dans certains cas encourir une peine de prison de deux ans et/ou jusqu'à 300 000 euros d’amende. Cet amendement a été adopté en commission cette nuit dans le sillage de la loi anti-gaspillage mais doit encore être soumis au vote dès le 9 décembre. La rendant donc malheureusement non-effective ce vendredi, mais surement à partir de l’année prochaine.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Eco-Age (@ecoage) le

Même si cette année, le Black Friday va encore frapper : c’est sans compter sur les groupes de militants écologistes comme Youth for Climate, ou Extinction Rebellion qui ont prévu pour toute la journée du 29 novembre, des actions de contestation un peu partout en France. 

Fin des articles