Une épicerie anti-gaspi ouvre ses portes à Paris

© iStock

Parisiennes, Parisiens, une nouvelle adresse pour se mettre à l’anti-gaspi et au zéro déchet vient d’ouvrir ses portes au cœur de la capitale. À visiter sans tarder.


Pommes abîmées, poires, brocolis et choux en tout genre, mignardises mal étiquetées et produits en vrac à la date de péremption proche, ici tout est consommable et tout est bon. Si bien qu’on ne verrait pas la différence avec n’importe quel supermarché ou épicerie… Et pourtant, chez Nous, on est anti-gaspi.

Souvenez-vous. En mai 2018, on vous annonçait l’ouverture de Nous anti-gaspi aux abords de Rennes, première épicerie en France qui lutte contre le gaspillage alimentaire, en déplorant son unicité. Si depuis d’autres ont vu le jour à Saint-Malo, Cherbourg et Laval, c’est aujourd’hui la sixième adresse de Nous qui ouvre ses portes ce mercredi 6 novembre au 66, rue du Pré-Saint-Gervais (19e).

Le principe ? 380 m2 remplis d’invendus de supermarchés, fruits et légumes moches ou biscornus, tranches de jambon mal découpées, yaourts bientôt périmés, fromages qui n’ont pas la bonne forme, produits secs emballés sous un ancien packaging, paquets de biscuits qui ne font pas parfaitement le poids indiqué, œufs qui ne font pas la bonne taille, bonbons d’Halloween qui n’ont pas trouvé preneur… Et même des produits frais. En tout, ce sont 700 à 800 produits différents qui sont proposés à la vente. Les raisons de leur présence peuvent être nombreuses, c’est pourquoi chaque aliment est vendu avec sa fiche d’information qui raconte son parcours jusqu’ici. Pas d’inquiétude, l’épicerie l’assure, il n’existe aucun risque sanitaire pour nos petits estomacs.

La marchandise change régulièrement en fonction des arrivages, car forcément, les invendus d’hier ne sont pas les mêmes que ceux de demain. C’est ce qui fait l’inconvénient et le charme de cette épicerie, les rayons peuvent avoir des trous, ils peuvent être modifiés, on ne sait jamais ce qu’on va y trouver.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l’agriculture, un tiers des aliments fabriqués par l’industrie alimentaire dans le monde est perdu ou jeté, ce qui représente 10 millions de tonnes de nourriture jetées chaque année en France, soit 150 kg par habitant (Source ADEME). Partant de ce constat, Vincent Justin et Charles Lottmann, issus respectivement du monde de l’art et d’une école de commerce, ont créé Nous anti-gaspi, espérant modifier les habitudes de consommation et aider à réduire le gaspillage alimentaire.

L’épicerie travaille en partenariat avec des maraîchers en circuit court, un producteur d’œufs francilien, des producteurs de Rungis et avec les usines en direct pour récupérer leur marchandise non conforme à la vente pour 30 % moins cher que le prix initial, ce qui lui permet de proposer des produits à des prix exceptionnellement bas, en plus de les sauver de la poubelle. Ici, on mise à fond sur l’anti-gaspillage, des produits vendus au mobilier, lui-même issu de la récup’ : panneaux en carton recyclés jouent des coudes avec les tables en palettes. On est écolo ou on ne l’est pas. En bonus, on y gagne aussi financièrement, puisque faire ses courses chez Nous permet à une famille de 4 personnes d’économiser 150 à 200 € par mois. Gagner de la tune et améliorer ses habitudes de consommation, c’est possible.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NOUS Antigaspi (@nous_antigaspi) le


Nous anti-gaspi

66, rue du Pré-Saint-Gervais – 9e

Fin des articles