Exit les bouquets de fleurs, offrez de la salade verte

undefined 24 août 2023 undefined 19h17

Nicolas Cogoni

Quoi de mieux que d'offrir ou de s'offir un magnifique bouquet de fleurs à 60 euros la compo ? C'est beau, ça sent bon, ça fait plaisir... bref le cadeau de dernière minute idéal lorsqu'on est invité quelque part. Le gros point noir, c'est que c'est éphémère. Une fois dans le vase, tout fâne en quelques jours, l'eau devient jaune et si les fleurs ne sont pas balancées à la poubelle rapidement, une odeur de corps en décomposition embaume toute la pièce. À la place, certains ont imaginé des bouquets de salade verte, une tendance qui séduit de plus en plus en Corée du Sud. 


Un cadeau original ?

À Séoul, le supermarché Sik Mul Sung en propose quelques-uns à la vente. Mais comme vous n'êtes pas en Corée du Sud, vous pouvez toujours le confectionner vous même. Composé d'une batavia ou de feuilles de chêne fraîchement achetées au franprix en bas de chez vous, drapez votre bouquet dans du papier de soie élégant, coiffez le d'un joli nœud coquet et le tour est joué. En plus de sortir des sentiers battus en offrant ce truc, les bouquets de salade ont une particularité que les compositions florales traditionnelles n'ont pas : ils peuvent être dévorés au dîner. L'occasion aussi de faire passer un doux message à votre chère et tendre : « Je t'aime, je pense à toi, mais mets toi au vert stp ».

Sinon, pourquoi pas y aller franco dans l'originalité en ajoutant en plus des légumes-feuilles quelques roses de charcuterie, du raisin et des bouts de fromage de chèvre. Pas mal pour l'apéro

L'impact environnemental de l'industrie florale

« Elles sont peut-être belles, mais les fleurs coupées ont souvent un impact environnemental pas si rose. Les bouquets de salade sont plus durables », rapporte Spoon University. En effet, 85% des fleurs coupées vendues en France proviennent de l'étranger, généralement cultivées dans des conditions écologiques catastrophiques. En plus d'être aspergées d'herbicides, insecticides, engrais synthétiques, obtenir un seul bouton de rose nécessite entre 7 et 30 litres d’eau. Sans parler des mauvaises conditions de travail dans certains pays importateurs où les employés sont exploités, sous payés et exposés tous les jours aux produits chimiques.