En Seine-Saint-Denis, cette cantine scolaire propose des menus 100% bio et locaux

undefined 6 juin 2023 undefined 19h30

Nicolas Cogoni

Terminé les plats préparés dans des cuisines centrales et transportés dans des emballages jetables ! La commune de Romainville, en Seine-Saint-Denis, a inauguré le 26 mai dernier, la première cantine publique 100% bio et 100% fait maison. Une initiative très appréciée par les enseignants, les parents et les enfants. Située dans un quartier prioritaire, l’école Maryse Bastié est la toute première à proposer un tel menu à ses demi-pensionnaires en Île-de-France.


Une cuisine saine, locale et anti-gaspi

Ouverte depuis janvier, cette cantine révolutionnaire travaille avec des produits locaux, en provenance d'Île-de-France ou des départements limitrophes. Des menus sains et gourmands, visiblement très appréciés par les enfants : « Nous avions entre 95 et 120 grammes de gaspillage alimentaire par enfant. On est descendu à 35-45 grammes », confie à FranceBleu Isabelle Breteigner, diététicienne formatrice pour la restauration collective saine et durable et membre de l'association Les Pieds Dans Le Plat.

La commune a investi plus de 290 000€ pour transformer en véritable cuisine professionnelle « l’office où les agents transvasaient jusqu’alors les plats concoctés à Bobigny par le Siresco, un syndicat intercommunal de restauration collective regroupant 19 communes franciliennes », rapporte Le Parisien. Une ancienne organisation qui nécessitait une importante logistique et qui par conséquent laissait une forte empreinte carbone sur l’environnement.


Et dans les cantines du reste de la France alors ?

En investissant dans une cantine 100% bio et local, on favorise le circuit court, on privilégie des produits de meilleure qualité bons pour la santé et on limite son empreinte carbone. Mais pour le moment, la grande majorité des cantines scolaires françaises proposent encore des plats préparés dans des cuisines centrales et transportés en camion dans des emballages jetables.

Cependant, la cuisine scolaire semble se réinventer petit à petit. Nourrir l’Avenir, sous l’égide du réseau Les Pieds dans le Plat, a déjà aidé la Dordogne à mettre en œuvre le fait maison, bio et local, sur les 37 collèges du département. Dans le Nord et plus largement dans les Hauts-de-France, l'entreprise Mille et Un Repas vient en aide aux cantines scolaires afin de les accompagner pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Ainsi, de nombreuses cantines de village se sont mises à vendre les restes à moindre prix aux habitants plutôt que de les jeter.

En juin 2022, Audrey Pulvar, adjointe d’Anne Hidalgo en charge de l’Alimentation durable, de l’Agriculture et des Circuits courts, a présenté son projet au Conseil de Paris. Son ambition : proposer une alimentation plus durable et au moins deux repas végétariens dans les cantines parisiennes chaque semaine d’ici 2027.