Grâce à cette carte interactive, dénoncez vos voisins pollueurs

© istockphoto - Laszlo Mates

Déforestation, braconnage, trafic d’animaux… Chaque année, l’exploitation illégale de ressources naturelles génèrerait entre 110 et 281 milliards de dollars de profits illicites. Un chiffre hallucinant qui constitue le quatrième secteur de criminalité le plus important dans le monde. Pour contrer ces crimes écologiques, une organisation française a crée une carte interactive. Explications.

 
Lancée au mois de novembre par Géosmine – une organisation française de nouvelle génération dans la lutte contre la criminalité environnementale –, l’Eco Crime Map regroupe déjà des centaines de témoignages. L’objectif ? Recenser tous les crimes écologiques commis dans le monde pour mieux les combattre. « Notre carte participative recense les crimes environnementaux reportés par les victimes ou témoins de ces atteintes » explique Géosmine.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par This is important (@important_io) le

Pour envoyer son témoignage, il suffit de remplir un formulaire de contact gratuit directement sur le site. Géosmine utilise ensuite son serveur crypté pour protéger les données. Un détail essentiel qui permet la libération de la parole mais surtout la sécurité des lanceurs d’alerte. D’après une étude publiée dans la revue scientifique Nature Sustainability, plus de 1500 personnes ont été tuées à travers le monde entre 2002 et 2017 alors qu’elles se battaient pour protéger l’environnement. « L’idée est de donner une voix aux victimes et témoins de ces crimes » ajoute Arthur Paré, fondateur de Géosmine à Wedemain.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Planet Impact ? Network ? (@steinkellerbrothers) le

Composée d’avocats en droit pénal international et environnemental, et de chercheurs en criminalité environnementale, l’équipe de Géosmine vérifie chaque témoignages en les recoupant avec d’autres informations. En seulement deux mois, la carte a déjà répertorié plus de 200 crimes environnementaux. En France, plusieurs citoyens ont contacté la plateforme pour dénoncer des décharges illégales ou un trafic d’animaux comme à Paris où un individu détenait illégalement un lionceau. Si vous êtes victime ou témoin d’un crime environnemental, n’hésitez pas à lancer l’alerte sur Géosmine.

Fin des articles