Une famille de renards s’est installée au Père Lachaise

Benoît Gallot

Depuis la mise en place du confinement, les signes de la nature réinvestissant le milieu urbain sont nombreux. Le dernier en date, une famille de renards aperçue en plein cimetière du Père-Lachaise (20e).

Deux renards et leurs 4 petits renardeaux. C’est la surprise qu’a eue Benoît Gallot, le conservateur du Père-Lachaise, pendant une de ses rondes. Il a donc photographié ces petites boules de poils en train de se promener dans le cimetière, errant dans les allées et entre les tombes du lieu fermé à cause du confinement.

Si on estime qu’une trentaine de renards vivraient dans Paris, c’est la première fois qu’on en voit dans le Père-Lachaise. L’info a été aussitôt relayée par l’adjointe à la Mairie de Paris chargée des espaces verts, de la nature, de la biodiversité et des affaires funéraires, Pénélope Komitès, dans un tweet qui montre les renardeaux qui profitent de leur nouveau terrain de jeu de 43 hectares.

Une situation de confinement parfaite pour les renards qui ne sont dérangés par aucun visiteur, aucune voiture et aucun prédateur, rejoignant les autres animaux sauvages (chats, rongeurs et oiseaux) ayant élu domicile dans le Père-Lachaise. Selon Pénélope Komitès, interrogée par le Parisien, leur arrivée a été rendue possible grâce à l’interdiction de l’utilisation des produits phytosanitaires en 2015 et à une nouvelle gestion des espaces verts permettant un retour de la biodiversité.

Sur la même note joyeuse, des canards ont été aperçus se promenant place de la République, sur les pistes cyclables du boulevard de Magenta (10e), ou encore devant la Comédie Française (1er). La Ville de Paris, de son côté, réfléchit à devoir capturer la famille de renards une fois le confinement terminé pour la relâcher aussitôt dans le bois de Vincennes où ils seraient plus en sécurité et beaucoup moins dérangés.

Fin des articles