Paris vote la fin des animaux sauvages dans les cirques

© Becky Phan

Vendredi dernier, la Ville de Paris a voté la fin des autorisations d’installation dès 2020 pour les cirques qui proposent des numéros avec animaux sauvages dans la capitale.

Terminés, les tigres, lions, singes et éléphants dans les cirques ! Après des années d’exploitation au nom des bonnes vieilles traditions françaises, les animaux sauvages gagnent enfin un peu de lest. À Paris en tout cas, puisque les cirques qui proposent des numéros avec des animaux sauvages, se déplaçant de ville en ville avec leur cortège de cages et d’animaux malades et déprimés, ne seront désormais plus autorisés dans la capitale.

Seulement deux cirques font exception. Le premier, Bouglione, est propriétaire du Cirque d’Hiver et ne peut pas se faire imposer cette loi. Il a déjà annoncé son intention de continuer à proposer des numéros avec des éléphants pendant les années à venir. Le second, Gruss, devra s’y soumettre à la fin de son contrat d’occupation fin 2020. Les autres devront obligatoirement renoncer aux numéros avec animaux sauvages s’ils veulent se produire dans la capitale à partir de l’année 2020.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Écocirque (@ecocirque) le

Voilà plusieurs années qu’André-Joseph Bouglione (à ne pas confondre avec Bouglione du Cirque d’Hiver) propose, depuis son cirque en banlieue parisienne, un cirque écolo. Plus aucun animal sauvage, panneaux solaires et costumes vegan, l’ancien dompteur offre une réelle réflexion sur les pratiques du cirque d’aujourd’hui. L’écocirque Joseph Bouglione, ou cirque « 100% humain », respecte les animaux, les humains, mais également la planète puisqu’il est conçu pour réduire son impact environnemental. Un modèle à suivre pour les autres cirques.

Fin des articles