Plus de 1000 tonnes de poissons retrouvés échoués sur les côtes du Japon

undefined 19 décembre 2023 undefined 12h57

Clemence Varene

Voilà un mystère un peu macabre qui suscite bon nombre de théories. En même temps, plusieurs centaines de tonnes de poissons morts sur une plage, ça n’arrive pas tous les quatre matins. Et c’est un véritable désastre pour l’écosystème de cette côte japonaise.


Un cimetière de poissons

Mais alors que s’est-il passé ? Entre les raisons scientifiques et les théories complotistes, les spéculations vont bon train. D’un côté, les spécialistes de la migration des sardines et des maquereaux (oui, c’est assez spécifique comme métier) avancent la thèse du choc thermique. Les poissons seraient passés trop vite d’un courant chaud à une zone froide, et n’auraient pas supporté la pression.

D’autres imaginent que ces pauvres animaux sont morts d’épuisement après avoir tenté d’échapper pendant un trop long moment à des prédateurs redoutables. Ou encore qu’ils se sont malheureusement étouffés les uns les autres à cause de leur trop grande densité. Il faut dire qu’autant de spécimens, ils devaient forcément être serrés comme… des sardines. Et ces deux raisons sont quand même super tristes, il faut bien le dire.

Enfin, plus embêtant, certains sont persuadés que la mort de ces petits poissons est due à des eaux soi-disant traitées rejetées par la centrale nucléaire de Fukushima cet été. Une théorie que le gouvernement a vite tenté d’étouffer, pour ne pas déchaîner les foules. Malheureusement, sans nécropsie (une autopsie pour les animaux) pour l’instant, le mystère reste entier…


Il est frais mon poisson

Alors attention cependant, si certains y ont très vite vu une opportunité alléchante de remplir leurs réserves de poisson pour les 50 années à venir, la Mairie de Hakodate a immédiatement averti les locaux. Ces cadavres en décomposition rejettent des gaz et sont donc totalement impropres à la consommation. Ça n’a pas empêché certains de courir remplir des sacs entiers pour les manger ou les revendre au marché noir. À leurs risques et périls.

Des agents ont donc rapidement été déployés pour retirer les poissons. Un travail très long, mais absolument nécessaire, pour éviter que les locaux ne s’empoisonnent, mais aussi que les substances rejetées ne nuisent drastiquement à l’environnement et à l’écosystème local, ce qui serait un désastre pour les pêcheurs du coin.