5 façons d’apporter notre soutien à l’Australie

© Unsplash - Jordan Whitt

Les températures explosent, les terres sont sèches, le vent se lève et la végétation s’embrase. Depuis quatre mois, l’est de l’Australie est ravagé par des incendies d’une ampleur inédite. Les flammes ont réduit en cendres des milliers d’hectares, laissant derrière elles des terres noircies et hostiles. Des centaines de propriétés ont été détruites, vingt-quatre personnes ont péri dans les flammes ainsi que 500 millions de mammifères.

Fréquents en été, les feux de forêt ont pris cette année une dimension inhabituelle dans l’est de l’Australie. Tout d’abord parce que le pays entier souffre d’une vague de chaleur exceptionnelle, mais aussi parce que les vents sont particulièrement virulents. Les 12 mois de l’année 2019 ont été les plus secs jamais enregistrés en Nouvelle-Galles du Sud avec une pluviométrie inférieure de 35% à la moyenne, explique le bureau météorologique australien. Le record absolu a d’ailleurs été battu ce samedi 4 janvier avec 44°C enregistrés pour Canberra, capitale de l’Australie. Il s’agit donc du mois de décembre le plus chaud jamais enregistré depuis 1910 mais aussi l’année la plus chaude et la plus sèche jamais observée.

Après un week-end catastrophique, le gouvernement a pour la première fois de l’histoire australienne, déployé son équipe d’aide médicale ainsi que 3 000 réservistes de l’armée pour prêter son concours aux évacuations, rétablir l’électricité, distribuer de l’aider alimentaire et évaluer les dégâts. Environ 100 000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer les lieux. « Les incendies en cours en Australie sont un véritable symbole de la crise climatique, crise elle-même causée par la combustion de charbon et de pétrole » affirme Jamie Hanson, directeur des campagnes de Greenpeace. « Le pire reste encore à venir. Nous ne sommes pas encore dans ce qui est en temps normal la haute saison des incendies ». 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Montreal Travelers (@montrealtravelers) le

Si les impacts à court terme des feux de forêt semblent connus, ceux à long terme seraient catastrophiques. Selon l’Université de Sydney plus de 480 millions d’animaux ont été tués depuis septembre dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud. Pour tenter de sauver la biodiversité de la planète, nous devons faire des changements rapides et sans précédent dans nos habitudes. Voici quelques idées à suivre :

  • Utiliser le moteur de recherche Ecosia qui utilise ses revenus publicitaires pour planter des arbres.
  • Soutenir des programmes de reforestation sur le moteur de recherche solidaire français Lilo. Grâce à lui, plus de 2 millions d’euros ont été collectés pour préserver les forêts et soutenir des projets sociaux et environnementaux.
  • Participer à des cagnottes pour apporter un soutien financier aux pompiers mobilisés sur place, comme celle de Celeste Barber qui collecte déjà 24 millions d’euros ! Les fonds seront reversés au Trustee For NSW Rural Fire Service and Brigades Donations Fund, l’organisation visant à soutenir les brigades de pompiers volontaires.
  • Soutenir la Croix-Rouge australienne qui finance des centres d’évacuation à travers tout le pays. Depuis juillet 2019, les équipes sont venues en aide à 18 600 personnes grâce aux efforts de plus de 1590 bénévoles et employés
  • Aider l’ONG Wires qui sauve et prend en charge les animaux blessés. Au courant du mois de décembre, les bénévoles ont pu secourir plus de 3 000 animaux. Vous pouvez également soutenir l’association RSPCA NSW qui vient en aide aux animaux domestiques abandonnés dans les zones évacuées.

Sinon voici 100 trucs à faire pour sauver la planète. Parce qu’inverser la tendance est encore possible. Et tout dépend de nous.

Fin des articles