Le tri des biodéchets devient obligatoire, voici la marche à suivre

undefined 3 janvier 2024 undefined 13h44

Clemence Varene

Jusqu’à présent, seul 1 Français sur 3 vivait dans une zone où le recyclage des biodéchets était possible. Un chiffre qui risque de changer bien vite, maintenant que celui-ci a été rendu obligatoire par le gouvernement. On vous fait un petit résumé de ce que ça change, et de comment ça va marcher.


Une mesure encore légère

Tout d’abord, commençons par préciser que si cette mesure est extrêmement bienvenue (et même nécessaire), elle ne devrait pas se concrétiser dans les deux jours. Principalement parce que de nombreuses collectivités manquent encore de moyens, et que la mise en place risque donc d’être longue. D’ici la fin de l’année, seuls 40% des Français·es devraient être réellement touchés par ce changement.

Cependant, cette obligation touche tous les producteurs de biodéchets, à savoir les professionnels, par exemple les usines agroalimentaires, et c’est une très bonne chose. Chacun sera tenu de trier et recycler ses déchets, grâce à différents moyens. Mais pour les ménages individuels, la participation reste pour l'instant sur la base du volontariat dans la plupart des communes. Et on vous encourage vivement à vous y mettre. 


Les différentes solutions

En fonction de votre lieu de résidence, différentes options pourront s’offrir à vous. D'abord, la collecte individuelle en porte à porte, qui est le même système que pour les poubelles vertes, jaunes, etc. que nous connaissons actuellement : un bac chez vous ramassé à intervalles réguliers.

Il y a ensuite la collecte séparée en point d’apport volontaire. Pareil ici, rien d’inconnu. Il s’agira d’aller porter ses déchets dans un conteneur dans la rue, comme quand vous allez jeter vos bouteilles après une bonne soirée entre copains.

Enfin, la dernière option est celle des composteurs individuels. Que vous viviez seul·e ou dans un immeuble ou une résidence, voici la dernière option qui s'offre à vous : un bac à compost, chez vous, qui vous permettra de récolter les déchets, de les faire maturer pour ensuite les réutiliser dans votre jardin, parc, ou bois (pour les plus fortunés). Maintenant que les options sont posées, il ne vous reste plus qu’à choisir en consultant votre Mairie, qui saura vous dire ce qui est possible ou non autour de chez vous.


Mais alors comment ça marche le compost ?

La première question, et souvent la plus complexe : que peut-on mettre dedans ? Pour résumer, on peut mettre tous les déchets de cuisine, avec modération pour la viande (coupée en petits morceaux) et les coquilles d’œufs (légèrement broyées c’est mieux). Pour le reste, pas de restriction. On peut aussi ajouter ses petits déchets de jardin, comme l’herbe, les feuilles, les fleurs… Mais attention on évite les mauvaises herbes ! Et, surprise, on peut même y glisser certains produits de maison, comme les mouchoirs, le papier journal, le carton (encore une fois, avec parcimonie).

Et pour réussir votre mixture, une seule solution : il faut l’aimer votre compost ! Aller le voir régulièrement, bichonnez-le. On ne lui donne que des bonnes choses, on le remue souvent (surtout au début), et puis c’est comme pour nous, il lui faut une alimentation variée et équilibrée. On s’assure qu’il ne soit pas trop humide (auquel cas on ajoute de l’herbe sèche par exemple), ou trop sec (on l’arrose). Bref, on le surveille. Et la bonne nouvelle, c’est que plus vous vous en occupez, moins vous aurez besoin de le faire. Mais pour vous aider, on vous conseille d’aller voir ce site, qui vous détaille tout encore mieux que nous !