Après la honte de prendre l’avion, la honte de faire du shopping naît en Suède

© Van Thanh

Vous souvenez-vous du flygskam, la honte de prendre l’avion venue tout droit de Suède ? L’amour du pays nordique pour la protection de l’environnement est désormais à l’origine d’un nouveau sentiment nommé le köpskam, ou la honte de consommer.

Cette année, le flygskam a fait chuter le trafic aérien suédois, le nombre de passagers diminuant de 8,7% sur les vols intérieurs au cours des sept premiers mois de 2019. Et si la même chose arrivait aux enseignes de fast-fashion ? Car la nouvelle tendance des pays nordiques s’appelle le köpskam, ou la honte de faire du shopping pour raisons écologiques.

C’est un fait, l’industrie de la mode est la seconde plus polluante au monde après celle du pétrole. Son impact sur l’environnement est si dévastateur que passer le pas de la porte d’une boutique de fast-fashion est désormais une source de culpabilité et de honte chez les suédois, fiers défenseurs de l’environnement et de la biodiversité. En août dernier, la ville de Stockholm annulait sa Fashion Week, ne souhaitant plus soutenir un modèle économique particulièrement polluant, et appelant à la réflexion concernant le changement des habitudes et des mentalités.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vanesa Carrasquilla (@vanesa.carrasquilla) le

Au pays d’origine des enseignes de fast-fashion, nombreux sont ceux qui décident de se défaire de leurs habitudes de consommation pour préférer acheter moins mais mieux. Aujourd’hui, la production de vêtements représente 10% des émissions de CO2 dans le monde, un chiffre qui ne fait qu’empirer d’année en année, jusqu’à atteindre une croissance de 63% d’ici 2030 selon le rapport Pulse of the Fashion Industry. De si gros dégâts qu’on comprend la honte pour certains d’y participer... Et donc d'arrêter de consommer. 

Fin des articles