Jour du dérèglement : la France a déjà dépassé ses ressources annuelles de CO2 en 2020

Les associations écologiques à l’origine de l’Affaire du siècle - une action en justice contre l’État pour inaction climatique – nous alarment sur un nouvel indicateur de la crise écologique : « le jour du dérèglement ».

Après le « jour du dépassement », voici la « journée du dérèglement ». Rappelez-vous cet été, nous apprenions que la planète avait atteint son quota de ressources naturelles (qu'elle peut produire en un an), en seulement 7 mois. Aujourd’hui, c’est au tour de la France d’épuiser la totalité de gaz à effet de serre qu’elle pourrait émettre en un an, en seulement deux mois et cinq jours… Oui oui.

80 millions de tonnes de Co2 atteints

Pour arriver à la neutralité carbone (stade auquel le territoire français génèrerait moins d’émissions de gaz à effet de serre que ce qu’il peut soustraire dans ses forêts, océans etc) « il faudrait atteindre les 80 millions de tonnes de CO2e par an », loin des actuels deux mois donc. Mais ne perdez pas espoir, on n'est pas encore une cause perdue.

Environ 30 ans pour changer

Les ONG – Greenpeace, Fondation Nicolas Hulot, Oxfam France et Notre Affaire à tous – estiment qu’en réduisant les émissions annuelles de gaz à effet de serre, 30 ans suffiraient pour atteindre la barre des 80 millions de CO2 en une année pleine. Car, soit-dit en passant, il faudrait 2,7 terres à l’humanité si elle vivait comme les Français actuellement. Hum hum. 

Bref, avant 2050, les 4 ONG affirment que nous arriverons à repousser le jour du dérèglement au 31 décembre en appliquant « à 25 % par des changements de comportements individuels, et à 75 % des changements politiques publiques d’ampleur ». Elles affirment également qu’elles continueront à le calculer chaque année jusqu’à heurter les politiques, et les faire bouger... En attendant, une nouvelle marche pour le climat est prévue le 14 mars prochain. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par YouthForClimate Alsace, France (@youthforclimate.alsace) le

Fin des articles